Comment faire le calcul du cash flow immobilier ?

Dans le cadre d’un investissement immobilier, le cash flow permet d’indiquer les éventuels revenus que chaque investisseur peut gagner chaque mois.

Mais comment le définir concrètement ? Comment le calculer ? Et comment faire pour obtenir un cash flow positif ?
Nous vous disons tout dès à présent.

Qu’est-ce que le cash flow immobilier ?

Terme que l’on rencontre régulièrement dans la bouche des experts en immobilier, le cash flow s’avère un indicateur essentiel en rapport avec un investissement immobilier, que ce soit dans un but locatif, pour l’achat d’un bien ou encore dans le cadre d’une revente sur le marché.

Le cash flow désigne un ensemble de flux de trésorerie.
Il participe à déterminer les finances au sein que les profits sur une durée limitée.

Le cash flow immobilier, plus particulièrement, se définit comme une réserve d’argent qui reste après le calcul de l’immobilier.
Ce cash flow provient aussi bien des bénéfices des loyers, du paiement du prêt immobilier, des impôts, des charges de l’immeuble ou encore des dépenses mensuelles.

Comment calculer le cash flow immobilier ?

Indicateur financier indispensable dans le cadre d’un investissement ou d’un achat immobilier, le cash flow immobilier intervient pour mesurer la rentabilité d’un projet.
Il recense concrètement toutes les entrées et les sorties d’argent pour un même investissement.

Pour le calculer, voici comment procéder :
Cash flow immobilier = revenus (loyers + charges facturées au locataire) — dépenses (frais multiples + flux de sortie)

Pour les flux entrants, s’il est indispensable de prendre en compte les loyers et les charges refacturées pour évaluer ces revenus.
Pour les flux sortants, toutes les dépenses sont prises en compte (appartement, mobilier, maison, immeuble, etc.).
Il ne faut pas oublier également :
  • Les frais de notaire ;
  • Le taux de l’emprunt immobilier ;
  • Les mensualités ;
  • Les intérêts du crédit ;
  • La taxe foncière ;
  • L’assurance du prêt immobilier ;
  • Les charges sociales.

calcul cash flow immobilier

Les différents types de cash flow immobiliers

On retrouve principalement 2 types de cash flow immobiliers : le cash flux positif et celui qui est négatif.

 

Le cash flow positif

On parle de cash flow positif quand l’ensemble des flux entrants est supérieur au total des flux sortants.
Ce cash flow positif est impératif pour les investisseurs immobiliers qui ne veulent pas grever leur budget.

Cela signifie également que l’investisseur ou le propriétaire remplit ses engagements, car il crée de la richesse sous la forme de liquidités. Cela est indéniablement un gage de sécurité pour les banques.
Il est à noter qu’un cash flow positif permet de rembourser du crédit immobilier, de payer les taxes et de garantir les charges.

Le cash flow négatif

A contrario, le cash flow immobilier négatif est synonyme d’un taux de dépense plus important que celui des recettes.
Si ce taux s’avère top négatif, un déficit peut apparaitre, ce qui laisse penser que l’investisseur va se retrouver dans une situation délicate s’il ne relève pas le niveau dans un délai limité.
Avec un cash flow négatif, le remboursement du prêt s’avère compliqué, sans oublier le paiement de la taxe foncière et des autres postes de dépenses.